Saint-Jacques de Compostelle, malgré moi

Cela fait une semaine et quelques jours que je suis arrivée à Saint-Jacques de Compostelle (que certains connaîtront peut être mieux sous le nom de Santiago de Compostela). Si tu es là pour en savoir plus à propos de ce fameux chemin de Compostelle, tu risques d’être déçu. Parce que non, je ne suis pas là pour faire cette marche spirituelle mais plutôt pour vivre l’expérience de fille Au Pair. Mais, si tu souhaites quand même en savoir plus sur cette charmante ville, je te laisse me lire. Lire mon avis, mon ressenti et apprécier (j’espère) mes photos.

Je suis arrivée ici sans avoir réellement d’informations sur les chemins de Compostelle, pas vraiment d’avis non plus, pas d’apriori. Pas beaucoup plus d’éléments sur la ville de Saint-Jacques non plus. Il faut dire que les choses se sont fait très vite, entre le départ de Croatie, cette petite semaine en France et mes 22 ans. Et, me voilà donc en Espagne, de retour après 6 ans (quoi? 6 ans? sérieusement?).

Cette idée de pèlerinage ne m’avait donc pas traversé l’esprit (sauf pour en rire, je l’avoue!). Mais, en venant à Saint-Jacques, en plein été, il faut dire que les pèlerins (comme on les appellent) sont, partout! Et j’ajouterais même que cette ville leur est dédiée (restaurants, bars, boutiques touristiques, magasins, marchants de rue…). De quoi rendre Monsieur le pèlerin heureux, j’imagine! Et moi, faut le dire, me rendre un peu perplexe. En arrivant, je me suis posée la question; vais-je savoir trouver ma place dans cette ville, où la religion semble omniprésente?

Et bien, la réponse est oui. Parce que, au bout d’une semaine, ma vision des choses a déjà bien changée. Saint-Jacques m’apparait maintenant comme une ville qui a beaucoup d’âmes (où du moins une âme). On s’y sent à l’aise, comme si nous allions visiter notre grand-mère pour le goûter (oui). Ville loin de tous artifices, entre monastères, églises et cathédrale.

J’y apprécie son ambiance. De voir ces gens qui arrivent, fatigués mais souriants, me donne le sourire aussi. Ces groupes de personnes qui se retrouvent autour d’un verre ou d’une bière. Les entendre parler anglais entre eux, parce qu’ils viennent de partout en Europe (où dans le monde?). Alors bien sure, je reviendrai surement à Saint-Jacques pour les tapas, mais pourquoi pas aussi pour y faire un morceau de ce fameux chemin. J’y ai retrouvé le même esprit et sentiment que j’avais quand j’étais en colonies de vacances dans les Pyrénées. Ces supers moments, d’entraide, de souffrance, mais surtout de joie. Et puis, des rencontres, de belles rencontres! C’est d’ailleurs sûrement ce qui me manque le plus dans cette experience.

Je vous laisse avec les photos!

Je voulais quand même vous dire ce que j’ai détesté : les oreilles de cochon. Uuuh…

7 thoughts on “Saint-Jacques de Compostelle, malgré moi

  1. Je ne suis jamais allée à Saint Jacques de compostelle mais j’ai vu beaucoup de marcheurs passer par ma ville pour s’y rendre. ça a l’air d’être une très jolie ville d’après tes photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *